Archives du mot-clé management

Le RSE dans Cairn et OpenEdition

D’autres chercheurs se sont-ils déjà penchés sur le réseau social d’entreprise ? Depuis quand ? Qu’en disent-ils ?
Voyons si Cairn et OpenEdition peuvent nous aider à répondre à ces questions.

(En réalité, ma recherche d’information sur support électronique a débuté sur Isidore, qui est multi-sources, et les résultats pertinents dans Isidore ne provenant que de Cairn et OpenEdition, je ne mentionne que ces deux sources.)

Impossible bien entendu de rechercher sur l’acronyme « RSE » car il renvoie un très grand nombre de réponses qui concernent quasiment toutes la responsabilité sociale/sociétale des entreprises.

Interrogeons donc sur les expressions « réseau social d’entreprise » et « réseaux sociaux d’entreprise ».

Les recherches qui portent sur le RSE le désignent-elles toujours par ces expressions ? Non, bien sûr. Il est parfois question de « réseau social interne » de « Facebook interne », de RSEI, de ESN, de SNS, etc. Cependant, s’il est parfois nommé autrement, sauf erreur (il se peut bien entendu que je sois passée à côté de quelques articles), tous les articles que j’ai trouvés jusqu’à présent contiennent toujours au moins une occurrence des expressions « réseau social d’entreprise » ou « réseaux sociaux d’entreprise ».
Malgré la précaution de rechercher sur ces expressions, certains articles sont hors sujet, car il est également question de réseaux sociaux d’entreprise au sens sociologique du terme, un sens donc différent de celui du RSE qui m’intéresse.

Après une première lecture des résultats obtenus, j’ai trouvé 51 documents électroniques répondant à mon besoin, publiés entre 2010 et avril 2015.
Les sources sont donc Cairn et OpenEdition, qui proposent des revues, articles, et autres documents en grande majorité académiques, mais pas uniquement. J’ai donc distingué les publications « académiques » des publications de « praticiens », dont le contenu est opérationnel mais ne rend pas compte de recherches scientifiques. J’ai également classé ces parutions en fonction de la discipline dont elles relevaient.

En voici une synthèse chiffrée :

Discipline Type 2010 2011 2012 2013 2014 Total
Economie/Gestion académique 8 2 7 17
praticien 2 1 4 7
Histoire académique 1 1
Lettres et linguistique académique 1 1
Sciences de l’Education académique 1 1
SIC académique 2 3 2 7
praticien 2 1 5 5 3 16
Sociologie académique 1 1
Total   6 1 15 10 19 51

Focalisons sur les documents classés comme « académiques » dans le tableau ci-dessus. On le voit les sciences de gestion en ont publié une large majorité. Viennent ensuite les sciences de l’information et de la communication, où les chiffres sont quasiment inversés par rapport aux sciences de gestion : ce sont en grande majorité des praticiens qui ont publié dans les deux sources consultées.

Que contiennent-ils ?
En bref, la plupart des publications scientifiques envisagent le RSE en tant que dispositif numérique parmi d’autres, qui sont à l’œuvre dans les organisations. Ce faisant, leurs auteurs étudient un ensemble d’éléments dans lequel ils citent ou ne font qu’évoquer le RSE, comme les TIC et les enjeux de visibilité qui leur sont liés, les systèmes de gestion des connaissances et leur régulation ou encore les technologies collaboratives et leur contribution à la configuration des organisations.
Les quelques travaux de recherche qui s’intéressent exclusivement au RSE l’envisagent comme un alias de Facebook interne ou comme un « réseau social interne », support numérique de nouveaux régimes de connectivité dans l’entreprise.

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet, la liste des 51 références que j’ai sélectionnées se trouve ci-dessous. Si d’aventure certains d’entre vous ont connaissance d’une publication scientifique au format électronique qui s’intéresse au RSE et qui ne figure pas encore dans cette liste, je serais bien entendu ravie de l’ajouter 😉

—————

Abelin, J.-L., Aper, G., Maltinti, G. et Monneuse, D. (2014). Les réseaux sociaux d’entreprise tiennent-ils leurs promesses ? Le journal de l’école de Paris du management, 110(6), 8.

Andonova, Y. et Vacher, B. (2014). ‪Nouvelles formes de visibilité des individus en entreprise : technologie et temporalité‪. Communication & Organisation, 44(2), 5‑14.

Autissier, D., Johnson, K. J. et Moutot, J.-M. (2014). La conduite du changement pour et avec les technologies digitales. Question(s) de management, 7(3), 79.

Barbier, J.-Y. et Boissonnet, C. (2014). Gestion des connaissances et dynamiques collaboratives dans les pôles de compétitivité. Management & Avenir, 67(1), 136.

Bertin, E. et Tran, S. (2012). L’organisation multipolaire bouscule le management. L’Expansion Management Review, 147(4), 120.

Bolon, P.-L., Bouillon, J.-L., Thierry, B., Schröter, H. et Haakenstad, A. (2014). La circulation et le transfert de l’information dans les entreprises. Entreprises et histoire, 75(2), 102‑116.

Bonneau, C. (2013). Travailler à haute voix sur Twitter. Quand la collaboration informelle emprunte un réseau public. tic&société, 7(1).

Bouchez, J. (2014). L’émergence des communautés de pratique pilotées. L’Expansion Management Review, 154(3), 121‑130.

Bouchez, J.-P. (2014). Autour de « l’économie du savoir » : ses composantes, ses dynamiques et ses enjeux. Savoirs, 34(1), 9.

Bruna, M. G. (2014). Quelques thèses sur la confiance. Question(s) de management, 8(4), 103.

Bruna, M. G. et Deluzet, M. (2014). (Re)tissage de la confiance et nouveau pacte social : défis et conditions de déploiement des politiques du capital humain. Question(s) de management, 8(4), 57.

Carmes, M. (2010). L’innovation organisationnelle sous les tensions performatives. Propositions pour l’analyse d´une co-construction conflictuelle des politiques et pratiques numériques. Les cahiers du numérique, 6(4), 15‑37.

Carmes, M. (2013). Territorialisations socionumériques et sémio-politiques organisationnelles. Dans M. Carmes et J.-M. Noyer (dir.), Les débats du numérique (pp. 99‑135). Paris: Presses des Mines.

Chartron, G. (2013). Réseaux et documentation, un lien originel à revisiter. Documentaliste-Sciences de l’Information, 50(2), 24.

Chartron, G., Broudoux, É., Moreau, F., Cavalier, F., Barrand, A., Tremblay, J.-M., … Giusti, A. (2013). Transformation numérique des réseaux. Documentaliste-Sciences de l’Information, 50(2), 46.

Chérigny, F. (2012). La charte des bons usages des services de réseautage social, outil juridique au service d’une stratégie-réseau. Revue internationale d’intelligence économiqia, 4(1), 71‑85.

Cucchi, A. (2013). « Visibilité du capital social à travers les médias sociaux : Études de cas sur les dynamiques sociales de l’appropriation d’un outil d’Analyse de Réseaux Sociaux », par Myriam Karoui. Systèmes d’information & management, 18(1), 126.

De Lavergne, C. et Heïd, M.-C. (2013). Former à et par la collaboration numérique :: quels enjeux pour l’enseignement universitaire ? Tic & société, (Vol. 7, N° 1).

Deltour, F. (2013). Sébastien Tran (coord.) (2013), L’impact du Web 2.0 sur les organisations: Editions Springer, ISBN 978-2-8178-0432-3. Systèmes d’information & management, 18(2), 161.

Denervaud, I., Bouferrache, D., Thiollet, A.-M. et Vallejo, J.-L. (2012). Les nouveaux usages bousculent les stratégies IT. L’Expansion Management Review, 145(2), 92.

Denervaud, I., Dupuis, M. et Courcelle Labrousse, S. (2014). Innovation et digital : une convergence inéluctable. L’Expansion Management Review, 153(2), 96.

Denervaud, I., Gérardin, O., Noé, M., Souplet, C.-A. et Tartar, M. (2010). L’innovation collaborative dans tous ses états. L’Expansion Management Review, 138(3), 110.

Deschamps, C. (2012). Les multiples facettes de la curation. Documentaliste-Sciences de l’Information, 49(1), 22.

Deschamps, C. et Moinet, N. (2011). L’émergence d’internet dans les outils d’Intelligence économique. Le Temps des médias, 16(1), 147.

Dudezert, A., Roulleaux Dugage, M., Chauvin, F., Martin, F., Lemieux, É., Boisserpe, P., … Bruillon, É. (2012). Le KM au coeur de la stratégie d’entreprise. Documentaliste-Sciences de l’Information, 49(2), 26.

Ertzscheid, O., Lachal, J. et Gaucher, M. (2013). Métiers et compétences. Documentaliste-Sciences de l’Information, 50(3), 4.

Felio, C. (2014). ‪Visibilité numérique des cadres d’entreprise‪. Communication & Organisation, 44(2), 123‑132.

Fernandez, V. et Marrauld, L. (2012). Usage des téléphones portables et pratiques de la mobilité. L’analyse de journaux de bord de salariés mobiles. Revue française de gestion, 38(226), 137‑149.

Fouquier, E. et Camel, E. C. (2010). La communication interne, nouveau «soft power ». L’Expansion Management Review, 139(4), 114.

Gaglio, G. et Foli, O. (2012). L’improbable pérennité des journaux internes. Annales des Mines – Gérer et comprendre, 110(4), 6.

Galinon-Mélénec, B. (2010). Réseaux sociaux d’entreprise et DRH. Communication et organisation, 37, 41–51.

Garnier, A., Guérin, G., Le Deuff, O., Deschamps, C., Henrotte, G., Blas, F., … Delcroix, É. (2012). À l’échelle des organisations. Documentaliste-Sciences de l’Information, 49(1), 46.

Germain, M., Pérales, C., Buffard, P., Chaudiron, S., Charaudeau, M.-O., Garnier, A., … Salaün, J.-M. (2013). Les organisations du XXIe siècle. Documentaliste-Sciences de l’Information, 50(4), 38.

Gicquel, F. (2014). Quelles compétences pour la transformation numérique ? Documentaliste-Sciences de l’Information, Vol. 51(4), 9.

Gimenez, J. (2012). Research in electronically-mediated communication in professional contexts – revisiting the past, preparing for the future. ASp, (62), 79‑88.

Guesmi, S. et Rallet, A. (2012). Web 2.0 et outils de coordination décentralisée. Un entrelacement des sphères privées et professionnelles. Revue française de gestion, 38(224), 139‑151.

Karoui, M. et Dudezert, A. (2012). Capital social et enjeux de pouvoir : une perspective socio-politique de l’appropriation d’une technologie de réseaux sociaux au sein d’une collectivité territoriale. Systèmes d’information & management, 17(1), 49.

Khalil, C. et Dudezert, A. (2014). Entre autonomie et contrôle : quelle régulation pour les systèmes de gestion des connaissances ? Systèmes d’information & management, 19(1), 51‑76.

Lecocq, C., Créplet, F., Ulmer, G., Hazaël-Massieux, D., Silber, G.-A., Ertzscheid, O. et Bourhis, O. (2012). Technologies de la mobilité. Documentaliste-Sciences de l’Information, 49(3), 26.

Letrouvé, F., Maisonneuve, M., Meingan, D., de Kermadec, Y. et Chabin, M.-A. (2014). Méthodes techniques et outils. Documentaliste-Sciences de l’Information, 51(2), 12.

Martinez, R., Charaudeau, M.-O., Chabin, M.-A., Morand-Khalifa, N., Jules, A., Richy, P., … Roberge, M. (2013). Contextes. Documentaliste-Sciences de l’Information, 50(1), 38.

Martin, V. (2014). Réseaux sociaux d’entreprise : l’engagement des acteurs à l’épreuve de la prescription: Le cas du réseau Lean au sein du groupe Sivale. Sociologies pratiques, 28(1), 125.

Mlaiki, A., Kefi, H. et Kalika, M. (2012). Facteurs psychosociaux et continuité d’utilisation des réseaux sociaux numériques : le cas de facebook. Recherches en Sciences de Gestion, 92(5), 83.

Ogez, É., Castagnac, G., Motta, V., Bourcet, E., Candellier, L., Maubon, G., … Roumieux, O. (2010). Le social sous toutes ses facettes. Documentaliste-Sciences de l’Information, 47(3), 38.

Paris, T. (2014). Éditorial: L’esprit de coopération. Le journal de l’école de Paris du management, 110(6), 3.

Perelman, J. (2012). Les réseaux sociaux numériques : un mode d’apprentissage ? Dans P.-M. Riccio et D. Bonnet (dir.), TIC et innovation organisationnelle. Journées d’étude MTO’2011. Paris: Presses des Mines.

Poinsot, T., Duport, F., Champloix, S. et Japiot, G. (2010). Du collaboratif au social: l’avènement de la conversation. Documentaliste-Sciences de l’Information, 47(3), 26–37.

Prével, P., Juin, É., Sellin, K., Remande, V., Guillaume, L.-P., Quinqueneau, A., … Godlewski, F. (2012). Pratiques et méthodes du KM. Documentaliste-Sciences de l’Information, 49(2), 44–61.

Regards croisés sur la révolution digitale. (2014). Question(s) de management, 7(3), 155.

Reyre, I. (2014). Nouveaux outils en entreprise, nouvelles compétences. Documentaliste-Sciences de l’Information, Vol. 51(3), 4.

Tran, S. (2014). Quelle contribution des technologies collaboratives à la configuration des organisations ? Systèmes d’information & management, 19(2), 75‑111.

La gestion collaborative des connaissances vue par des éditeurs

J’en parlais dans le précédent billet, il a été question de réseau social d’entreprise et de gestion collaborative des connaissances lors d’une rencontre organisée le 2 décembre dernier à Lyon.

Il s’agissait dans un premier temps d’une table ronde, animée par @OlivierRoberget, journaliste de la revue en ligne Collaboratif-info. Étaient invités à débattre @VincentBouthors, @garniera et @tlg.

Deux heures d’échanges rondement menées, avec @solaci pour les questions provenant du public et des participants sur Twitter, qui utilisaient le hashtag #3E3VRSE.

Grâce à l’équipe technique de @insadelyon l’ensemble a été enregistré en vidéo consultable en ligne, en streaming. [Edit 2018-05-20 : la vidéo semble avoir été supprimée du serveur de l’INSA Lyon et n’est donc plus accessible…]

Grâce à la participation active des twittos, 2 storify ont été édités, qui permettent de relire ce qu’ils retenaient de ces échanges : l’un par @Pixel_Cec et l’autre par @helenepiment.
[Edit 2018-05-20 : Storify a cessé son activité et coupé les accès, donc il n’y a plus rien à voir…]

Enfin, grâce à l’équipe bénévole de l’ADBS Lyon, avec l’aide d’étudiants en master SIBIST de l’enssib, l’accueil et l’organisation générale ont été plébiscités par les 123 participants.

Après avoir échangé, plus tôt dans l’année, sur des retours d’expérience en matière d’animation de réseau et plus particulièrement de gestion de réseau social d’entreprise par des community managers et chefs de projet internes, il était particulièrement intéressant d’une part d’entendre le point de vue d’un journaliste spécialisé et d’éditeurs de solutions, et d’autre part de connaître les réactions d’étudiants et de professionnels de l’information, connaisseurs ou néophytes, sur ces visions qui leur étaient communiquées.

Le réseau en modèle

Un réseau, en dehors de toute discipline particulière, a des propriétés intrinsèques, sur lesquelles différentes conceptions théoriques se sont basées (ou se basent) pour développer leur propre modèle.

En effet, quel que soit le champ scientifique empruntant à ce terme, le réseau est caractérisé par son aspect de maillage, tissage de nœuds plus ou moins équivalent reliés point à point, ses qualités d’ouverture, d’extension et de souplesse ainsi que sa capacité et à enserrer solidement, et à évoluer en permanence.
Ces propriétés caractéristiques confèrent à la figure du réseau une efficacité illustrative, ce qui lui vaut d’être exploitée dans de nombreux domaines, très divers, notamment dans des théories économiques qui voient dans l’organisation en réseau un modèle prometteur.

Pierre Musso, dans son ouvrage de critique des réseaux (Musso, 2003), évoque en particulier la philosophie des réseaux développée par Claude-Henri de Saint-Simon au début du dix-neuvième siècle, dont la vision prend appui sur les innovations techniques pour élaborer une doctrine socio-économique.
Le développement de grands travaux, c’est à dire de réseaux, serait libérateur, pour Saint-Simon, car ceux-ci pourvoiraient en emplois et en bénéfices industriels. Pour Musso, l’idéologie des réseaux prend racine dans cette philosophie de Saint-Simon, qui aurait ensuite évolué vers un fonctionnement de type sectaire, où les disciples du saint-simonisme s’attribuent un rôle apostolique.

Manuel Castells développe également le modèle d’une économie fondée sur la figure du réseau (Castells, 1998). Il constate que le réseau est sous-jacent à la structure de base de la société actuelle.
Dans son ouvrage, Castells décrit l’émergence d’une société informationnelle où ce qu’il nomme l’« informationnalisme » serait une sorte de capitalisme informationnel dans lequel l’information serait la matière première des innovations futures.

Pour Castells, il s’agit d’un mode récent de développement des sociétés, auquel est associée la nouvelle structure sociale que représente l’entreprise en réseau. Ce fonctionnement serait efficace du fait même de l’organisation des entreprises en réseau, qui favorise l’activité de traitement du savoir, l’une des caractéristiques de l’informationnalisme, car « les organisations qui réussissent sont celles qui peuvent générer du savoir et traiter l’information, s’adapter à la géométrie variable de l’économie globale, être assez souples pour changer leurs moyens aussi vite que leurs objectifs évoluent, sous l’impact des rapides transformations culturelles, technologiques et institutionnelles ; et innover, l’innovation devenant l’arme clé de la concurrence. » (Castells, 1998 : 208).

Ces deux modèles théoriques relient le bénéfice financier au développement technique qui suit la forme du réseau et hérite ainsi de ses propriétés.

Boltanski et Chiapello, dans l’aperçu qu’ils donnent de la multiplication des travaux sur les réseaux, indiquent qu’ « il n’est pas la peine d’insister, tant cela va de soi, sur la façon dont le développement considérable des dispositifs techniques de communication et de transport, a pu stimuler l’imagination connexionniste. » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 227).
Dans la littérature de management des années 1990 qu’ils ont étudiée, la référence au réseau est associée à ses qualités d’ouverture et d’extension, contrairement à la littérature de management des années 1960 qui, le peu de fois où elle utilise le vocable, fait plutôt référence aux mailles d’un réseau contenant et contraignant, tel un filet de pêche.

On le voit avec ces trois références, l’image du réseau est récurrente dans la sphère économique et entrepreneuriale pour représenter des valeurs positives et innovantes de gouvernance d’entreprise et de management des salariés.

______
BOLTANSKI, Luc et CHIAPELLO, Ève, 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.
CASTELLS, Manuel, 1998. La société en réseaux. Paris : Fayard.
MUSSO, Pierre, 2003. Critique des réseaux. Paris : Presses universitaires de France.