Archives du mot-clé gestion d’information

Embauchez des documentalistes !

Voilà. C’est dit.

C’était mon cri de désespoir il y a quelques semaines, quand j’ai commencé à structurer un corpus d’articles de presse que je dois analyser.

Making-of.
Pour un travail de recherche, je dois analyser le discours de certains titres de la presse quotidienne nationale sur un objet précis.
Bien.
Je me pose des tas de questions sur la méthodologie, à la fois de constitution de corpus et d’analyse ensuite, je passe un temps infini à retourner les hypothèses et la problématique du projet pour construire une démarche cohérente, je confronte mes idées à mes encadrants, pour gagner un peu en assurance avant de faire le grand saut.
Bref, allez, je me lance, même pas peur.
J’ai mes critères de recherche, je sais comment délimiter mon corpus, yapuka.
Hop, j’accède à la base de données documentaire qui contient tout ce dont j’ai besoin. J’interroge, j’affine ma stratégie, je finis par obtenir exactement ce que je veux.
Enfin, quand je dis obtenir… Je les vois, là, sur mon écran, youpi.
Mais comment je peux récupérer tout ça ?
Alors, déjà, pas tout d’un coup. Non, faut pas déconner non plus, ce serait trop simple. Je ne peux obtenir les articles qui m’intéressent que par groupes de 50 items. C’est pas grave, j’ai plein de temps devant moi, je ne suis pas du tout pressée (moi ? jamais !).
Allez, on y va.
Dans quel format puis-je rassembler mes articles de presse ? Comme je suis dans une base de données documentaire, je me dis, bêtement, il doit y avoir des formats (j’entends : structurés) de sortie, évidemment. Le principe de la base de données documentaire, c’est qu’à chaque document (ici : article de presse) correspond une description structurée dans des champs comme par exemple le titre, la date, la source, l’auteur… Non ?
Peut-être, sans doute, on ne sait pas, mais quoi qu’il en soit, il y a 2 formats proposés : HTML et PDF. Hein ? Oui, des formats de mise en page/impression. Chouette ! On va s’amuser. Et on a quoi comme options, sinon ? Grand luxe : texte intégral ou juste les données descriptives.
Ah, on va peut-être pouvoir s’en tirer avec les données descriptives.
En fait, non, pas du tout.
Pourquoi ? Parce qu’il n’y a aucun systématisme dans la description des données (normal, c’est du HTML, mais sait-on jamais, on aurait pu avoir des id (= dénomination) pour les balises, soyons fous). Donc on ne peut pas repérer et isoler chaque donnée automatiquement.
Ce n’est pas tout. Les données ne sont pas normées. Exemple ? L’auteur. Parfois écrit sous la forme « prénom nom », parfois « nom prénom », parfois les initiales, quand le nom de l’auteur a été relevé, parce que pas toujours, en fait.
Je ne vous parle pas du format des dates, ça va me déprimer.
J’ai 400 articles à analyser, aucun moyen de décrire proprement, automatiquement, exhaustivement mon corpus d’articles.

Or, figurez-vous, il existe des personnes sur terre dont le métier est justement de réfléchir à tout ça, de « documenter » correctement l’information, et je vous le donne dans le mille, comment les nomme-t-on ? Des documentalistes.

Je sais, c’est dingue.

Epilogue.
Je n’ai toujours pas commencé mon analyse. Etonnant, non ?

Et puis j’ai eu la bonne idée de vouloir tester Iramuteq sur mon corpus.
Après plusieurs jours de jonglage pour apprivoiser la bête, j’arrive enfin à lancer les outils sur mon corpus, yes !
Tiens, bizarre, le verbe UNIR semble avoir beaucoup d’occurrences, je n’avais pas remarqué (oui parce que à force, avant même d’avoir analysé quoi que ce soit, je commence à connaître mes 400 articles par coeur).
Je vérifie où il se trouve dans les articles…
Ah, ok.
Ne pas désespérer. Tout va bien.
Vu l’objet de ma recherche, il est beaucoup question des Etats-Unis et du Royaume-Uni dans mes articles. Voui.
Résultat : je suis présentement en train d’enrichir le dictionnaire des expressions en français d’Iramuteq avec tous les termes comportant un tiret, se trouvant dans mes 400 articles, mais ne figurant pas encore dans ce dictionnaire.

#ilovemyjob 😉

La gestion collaborative des connaissances vue par des éditeurs

J’en parlais dans le précédent billet, il a été question de réseau social d’entreprise et de gestion collaborative des connaissances lors d’une rencontre organisée le 2 décembre dernier à Lyon.

Il s’agissait dans un premier temps d’une table ronde, animée par @OlivierRoberget, journaliste de la revue en ligne Collaboratif-info. Étaient invités à débattre @VincentBouthors, @garniera et @tlg.

Deux heures d’échanges rondement menées, avec @solaci pour les questions provenant du public et des participants sur Twitter, qui utilisaient le hashtag #3E3VRSE.

Grâce à l’équipe technique de @insadelyon l’ensemble a été enregistré en vidéo consultable en ligne, en streaming. [Edit 2018-05-20 : la vidéo semble avoir été supprimée du serveur de l’INSA Lyon et n’est donc plus accessible…]

Grâce à la participation active des twittos, 2 storify ont été édités, qui permettent de relire ce qu’ils retenaient de ces échanges : l’un par @Pixel_Cec et l’autre par @helenepiment.
[Edit 2018-05-20 : Storify a cessé son activité et coupé les accès, donc il n’y a plus rien à voir…]

Enfin, grâce à l’équipe bénévole de l’ADBS Lyon, avec l’aide d’étudiants en master SIBIST de l’enssib, l’accueil et l’organisation générale ont été plébiscités par les 123 participants.

Après avoir échangé, plus tôt dans l’année, sur des retours d’expérience en matière d’animation de réseau et plus particulièrement de gestion de réseau social d’entreprise par des community managers et chefs de projet internes, il était particulièrement intéressant d’une part d’entendre le point de vue d’un journaliste spécialisé et d’éditeurs de solutions, et d’autre part de connaître les réactions d’étudiants et de professionnels de l’information, connaisseurs ou néophytes, sur ces visions qui leur étaient communiquées.

Examinons le cas des logiciels bibliographiques

Le 17 novembre 2014, l’URFIST de Lyon consacrera une journée d’étude aux LGRB, c’est à dire aux logiciels de gestion de références bibliographiques.Journée "Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations" 17 novembre 2014

La matinée étant plutôt consacrée aux usages et pratiques de ces logiciels, l’après-midi aux innovations dans le domaine de la référence et de la citation bibliographique.

J’aurai le plaisir de participer à la table ronde prévue le matin, pour échanger sur mon expérience de Mendeley et de Zotero dans le cadre de mes travaux de recherche.

Le programme est riche d’interventions à la fois de chercheurs, formateurs et professionnels de l’information de divers horizons.

Cette journée d’étude s’adresse notamment aux utilisateurs des logiciels bibliographiques, professionnels de l’information et chercheurs.

L’entrée est libre sur inscription, jusqu’au 14 novembre 2014.

Le réseau en modèle

Un réseau, en dehors de toute discipline particulière, a des propriétés intrinsèques, sur lesquelles différentes conceptions théoriques se sont basées (ou se basent) pour développer leur propre modèle.

En effet, quel que soit le champ scientifique empruntant à ce terme, le réseau est caractérisé par son aspect de maillage, tissage de nœuds plus ou moins équivalent reliés point à point, ses qualités d’ouverture, d’extension et de souplesse ainsi que sa capacité et à enserrer solidement, et à évoluer en permanence.
Ces propriétés caractéristiques confèrent à la figure du réseau une efficacité illustrative, ce qui lui vaut d’être exploitée dans de nombreux domaines, très divers, notamment dans des théories économiques qui voient dans l’organisation en réseau un modèle prometteur.

Pierre Musso, dans son ouvrage de critique des réseaux (Musso, 2003), évoque en particulier la philosophie des réseaux développée par Claude-Henri de Saint-Simon au début du dix-neuvième siècle, dont la vision prend appui sur les innovations techniques pour élaborer une doctrine socio-économique.
Le développement de grands travaux, c’est à dire de réseaux, serait libérateur, pour Saint-Simon, car ceux-ci pourvoiraient en emplois et en bénéfices industriels. Pour Musso, l’idéologie des réseaux prend racine dans cette philosophie de Saint-Simon, qui aurait ensuite évolué vers un fonctionnement de type sectaire, où les disciples du saint-simonisme s’attribuent un rôle apostolique.

Manuel Castells développe également le modèle d’une économie fondée sur la figure du réseau (Castells, 1998). Il constate que le réseau est sous-jacent à la structure de base de la société actuelle.
Dans son ouvrage, Castells décrit l’émergence d’une société informationnelle où ce qu’il nomme l’« informationnalisme » serait une sorte de capitalisme informationnel dans lequel l’information serait la matière première des innovations futures.

Pour Castells, il s’agit d’un mode récent de développement des sociétés, auquel est associée la nouvelle structure sociale que représente l’entreprise en réseau. Ce fonctionnement serait efficace du fait même de l’organisation des entreprises en réseau, qui favorise l’activité de traitement du savoir, l’une des caractéristiques de l’informationnalisme, car « les organisations qui réussissent sont celles qui peuvent générer du savoir et traiter l’information, s’adapter à la géométrie variable de l’économie globale, être assez souples pour changer leurs moyens aussi vite que leurs objectifs évoluent, sous l’impact des rapides transformations culturelles, technologiques et institutionnelles ; et innover, l’innovation devenant l’arme clé de la concurrence. » (Castells, 1998 : 208).

Ces deux modèles théoriques relient le bénéfice financier au développement technique qui suit la forme du réseau et hérite ainsi de ses propriétés.

Boltanski et Chiapello, dans l’aperçu qu’ils donnent de la multiplication des travaux sur les réseaux, indiquent qu’ « il n’est pas la peine d’insister, tant cela va de soi, sur la façon dont le développement considérable des dispositifs techniques de communication et de transport, a pu stimuler l’imagination connexionniste. » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 227).
Dans la littérature de management des années 1990 qu’ils ont étudiée, la référence au réseau est associée à ses qualités d’ouverture et d’extension, contrairement à la littérature de management des années 1960 qui, le peu de fois où elle utilise le vocable, fait plutôt référence aux mailles d’un réseau contenant et contraignant, tel un filet de pêche.

On le voit avec ces trois références, l’image du réseau est récurrente dans la sphère économique et entrepreneuriale pour représenter des valeurs positives et innovantes de gouvernance d’entreprise et de management des salariés.

______
BOLTANSKI, Luc et CHIAPELLO, Ève, 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.
CASTELLS, Manuel, 1998. La société en réseaux. Paris : Fayard.
MUSSO, Pierre, 2003. Critique des réseaux. Paris : Presses universitaires de France.

Libre !

  1. Dans votre communication, remplacez donc Doodle qui n’a aucun sens, par le terme sondage, bien plus classe, et en bonus bien plus intelligible par tous vos interlocuteurs
  2. Utilisez désormais Framadate pour vos sondages
  3. Profitez-en pour faire un don à Framasoft, c’est déductible des impôt et tellement plus gratifiant que de slalomer entre les pubs gigotantes imposées à votre regard

Faites l’expérience, je vous garantis que vous vous sentirez plus légers 😉

Du coup, au passage, dans l’euphorie du moment, allez donc faire un tour du côté de Framastart et vous vous sentirez pousser des ailes créatives !

 

Outils d’information

Lancée avec enthousiasme dans mon tout nouveau job (aka « ma thèse ») j’ai entrepris de faire le point sur les outils que j’utilisais dans mon quotidien professionnel, afin de vérifier s’ils étaient bien adaptés à cette nouvelle activité et trouver le cas échéant une nouvelle organisation.

Au final, mis à part le remplacement de Mendeley par Zotero, je n’ai rien modifié de mes processus informationnels. Peut-être par résistance à l’idée de changer d’habitudes, sans doute également par peur de perdre trop de temps dans les tests, récupération d’infos, basculement d’un outil à l’autre, etc.

La plupart de ces outils, d’ailleurs, figurent listés ici, via mes signets Diigo.

Alors, qu’est-ce que j’utilise au quotidien ? Pourquoi ?

Tout part de ma veille. Sur les productions ou événements scientifiques qui pourraient m’intéresser, sur mon objet de recherche et sur le contexte élargi dans lequel il se situe.

La base de cette veille est constituée de mes flux RSS (plusieurs centaines, regroupés thématiquement). Ceux-ci sont désormais gérés via Feedly. Cependant je n’utilise jamais l’interface de Feedly pour prendre connaissance des nouvelles publications dans mes flux. Si je suis sur un terminal mobile, je les lis grâce à Newsify, si je suis sur un ordinateur, j’utilise ReadKit.

Lorsqu’une info issue de mes flux RSS m’intéresse au-delà de sa simple lecture, je la mets de côté, à partir de ces deux outils, de différentes manières : soit (cas le plus fréquent) je la sauvegarde dans Evernote, soit je l’enregistre directement dans Zotero.

J’ai tenté une organisation dans Evernote, mais le seul carnet que j’utilise vraiment est un carnet temporaire dans lequel je stocke tout ce que je mets de côté.

Je retourne ensuite régulièrement dans Evernote pour faire l’inventaire de toutes ces informations amassées. Dans le cas où elles peuvent m’être utiles en tant que références dans mon travail de thèse, alors je retourne sur leur source et je l’enregistre correctement dans Zotero. Lorsqu’il s’agit plutôt d’une source d’information à laquelle je peux avoir besoin de me référer, je l’enregistre en signet dans Diigo.

Autre pivot dans ma gestion d’information : Twitter. Il est à la fois un support de diffusion, un moyen d’échange et une source de découverte. Depuis mes lecteurs de flux RSS ou depuis mes navigateurs web je publie les infos qui me semblent intéressantes à partager. Par ailleurs, à partir de mes listes Twitter, comme la liste recherche par exemple, que je regarde régulièrement, j’obtiens des informations que je n’ai pas vues dans mes flux RSS et qui peuvent me conduire vers de nouvelles sources à ajouter dans ceux-ci. Au cas où, je mémorise tous les liens que je publie soit directement soit en re-publiant un utilisateur Twitter, grâce à Packrati.us, qui offre de bonnes fonctionnalités d’enregistrement de signets.

Et vous, comment organisez-vous la gestion de vos activités informationnelles ?