Archives du mot-clé fourmi

She’s Alive! Alive!

Bon.

Je viens de voir que mon dernier billet date d’avril 2016…

Comment vous dire…

Est-ce que ça se sent que j’ai un poste d’ATER à temps plein depuis septembre 2016 et que je suis en pleine rédaction de ma thèse ?

Quelques infos tout de même au passage : j’ai la ferme intention de soutenir en 2018 (Yey!) et… je cherche du boulot. Je suis dispo à partir du 1er septembre 2018, donc si ça vous intéresse et/ou que vous pensez que d’autres peuvent être intéressé-es, n’hésitez pas à diffuser l’info : profil LinkedIn et page perso. D’avance merci 🙂

Sinon, j’ai plein d’idées de billets, mais pas le temps, donc encore un peu de patience… #staytuned

A bientôt !

Première publication !

L’an dernier, j’ai participé au colloque « Travail et loisir » organisé du 11 au 13 juin 2014 par le GRIPIC, laboratoire de recherche en SIC du Celsa.
Flyer du colloque Travail et loisir Gripic Celsa 2014
Les actes du colloque viennent de paraître sur le site web du laboratoire, ils sont librement accessibles.
J’ai communiqué avec Valérie Larroche, maître de conférences en SIC, sur une partie de mes recherches concernant le RSE. Il s’agit de ma toute première publication, en co-auteur : « De l’habileté dans les interactions numériques aux compétences professionnelles de l’animateur de communautés en ligne ».
Le début d’une longue série ? 😉

Je suis chagrin

#JeSuisCharlieJe Suis Charlie par @joachimroncin

 

L’émouvant hommage de Sophia Aram à Charlie Hebdo

 

 

 

Philippe Val : « C’est l’arme absolue, le rire. C’est l’arme de la démocratie ».

 

 

 

M’sieur Houellebecq, arrêtons de parler du pire… Chronique radio hier qq heures avant…

Qu’est-ce qu’on vous souhaite pour 2015 ?

Lanmodez

D’atteindre les horizons qui vous tiennent à cœur, sachant vous protéger d’éventuelles marées sur vos îlots refuges,

D’avancer hardiment, d’un point à l’autre, gardant les yeux rivés sur le minuscule faîte rouge, au loin,

D’aspirer à pleins poumons l’air frais du large, tenant solidement la barre lorsqu’il est trop déroutant,

Et de parfois bifurquer, curieux que vous serez de voir où il vous embarque…

 

Alors la thèse, ça avance ?

Ah… oui…

C’est un classique, rebattu, vu et revu. On m’avait prévenue, je le savais, je m’y attendais, j’étais prête… Croyais-je !
Car : non.
Je me soupçonne d’avoir déjà posé la question à d’autres, maintenant que j’y songe…

Las, que répondre ? Une blague ? Hin, hin… Trop compliqué, si en plus il faut avoir de l’esprit… Et puis : il y a challenge, quand il y a rire ! Il faut prévoir la prochaine répartie enjouée, en avoir toujours une en stock, car le moment est surgissant et (in)attendu.

Prendre un air entendu, genre on se comprend, tu sais bien ce que c’est, toi qui poses la question. Tu te venges, en fait, c’est ça ? Avoue ! Ou tu es curieux de formulations innovantes ?

Répondre un « oui… » optimiste, ajouter un « doucement… » relativiste, en souriant (sourire légèrement fatigué et concerné).

Désespoir de première année : comment je sais si ça avance ? ça se voit à quoi ? bon, admettons que j’avance, ok, mais je vais où ? Si je fais un peu de sur-place, c’est grave ? c’est pas plutôt l’endurance, le rythme, le véhicule, le paysage, les passagers, la voie empruntée, qu’il faudrait interroger ?

Sinon, c’est peut-être juste un « ça va ? » poli et personnalisé…

Pas de quoi s’étouffer, juste répondre « oui et toi, ça va ? », c’est pas mal non plus 😉