Archives pour la catégorie Doctorat

Eh… What’s up, doc?

Ayé. C’est fait…

via GIPHY

Impossible à décrire, je m’étais pourtant promis de le faire pour les curieux.
Extrêmement intense.

Ne croyez rien de ce qu’on vous dit, le vivre soi et le vivre de l’extérieur sont deux expériences totalement différentes.

Et même si on esssaie de raconter ce que soi a vécu, ça marche pas.

Quoi qu’il en soit : extra-ordinaire est bien trop fade pour exprimer ce moment, il va falloir inventer un autre terme.

Enfin, pour celles et ceux qui doutent, en ce moment (si, si je vous ai vu•e•s, faites pas semblant) : ça vaut le coup ! Tiens bon, accroche-toi, c’est excellent 🙂

via GIPHY

She’s Alive! Alive!

Bon.

Je viens de voir que mon dernier billet date d’avril 2016…

Comment vous dire…

Est-ce que ça se sent que j’ai un poste d’ATER à temps plein depuis septembre 2016 et que je suis en pleine rédaction de ma thèse ?

Quelques infos tout de même au passage : j’ai la ferme intention de soutenir en 2018 (Yey!) et… je cherche du boulot. Je suis dispo à partir du 1er septembre 2018, donc si ça vous intéresse et/ou que vous pensez que d’autres peuvent être intéressé-es, n’hésitez pas à diffuser l’info : profil LinkedIn et page perso. D’avance merci 🙂

Sinon, j’ai plein d’idées de billets, mais pas le temps, donc encore un peu de patience… #staytuned

A bientôt !

Les affres de l’écriture scientifique (ou non)

Pas besoin de faire un dessin, quiconque s’est déjà trouvé à contempler désespérément sa belle page blanche, sur écran ou sur papier, comprend sans doute où je veux en venir…

Une initiative très intéressante, qu’il faudrait généraliser dans toutes les écoles doctorales, a été enregistrée en vidéo et est accessible librement.

Il s’agit de l’école doctorale d’été EED Unistra 2015 qui s’est donné pour objectif de répondre en une semaine aux besoins concrets des doctorants concernant la thèse.

J’ai particulièrement apprécié l’intervention de Thierry Olive, chercheur au CNRS en psychologie cognitive, qui s’intéresse à la production de l’écrit. La vidéo intéressera plus largement que les doctorants, car il s’agit de comprendre ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous écrivons, et ce que l’écriture produit sur nous. Regardez plutôt : (en cas de difficulté avec la vidéo intégrée, essayez par ce biais)

JW Player goes here

Pour la seconde vidéo ci-dessous, le titre est particulièrement bien choisi et interpelle directement la doctorante que je suis : « Assieds-toi et écris Ta thèse ! » Cette autre intervention, de Geneviève Belleville, professeur adjointe à l’Université de Laval en psychologie, est également captivante car elle semble promettre (enfin !) des solutions pour calmer l’anxiété constante du « je dois rédiger ma thèse ». Leitmotiv qui n’avance à rien et n’aide pas du tout à rédiger, mais que tous les doctorants que j’ai croisés ont en commun. Effectivement, j’ai retenu quelques conseils applicables et utiles, et qui sont surtout remis en contexte et expliqués, voyez vous-même : (en cas de difficulté avec la vidéo intégrée, essayez par ce biais)

JW Player goes here

Après tout ça, yapuka : à vos agendas, prenez rendez-vous avec vous-même ! 😉

Première publication !

L’an dernier, j’ai participé au colloque « Travail et loisir » organisé du 11 au 13 juin 2014 par le GRIPIC, laboratoire de recherche en SIC du Celsa.
Flyer du colloque Travail et loisir Gripic Celsa 2014
Les actes du colloque viennent de paraître sur le site web du laboratoire, ils sont librement accessibles.
J’ai communiqué avec Valérie Larroche, maître de conférences en SIC, sur une partie de mes recherches concernant le RSE. Il s’agit de ma toute première publication, en co-auteur : « De l’habileté dans les interactions numériques aux compétences professionnelles de l’animateur de communautés en ligne ».
Le début d’une longue série ? 😉

Doctorales de la SFSIC 2015

Les 21 et 22 mai derniers j’ai participé aux doctorales de la SFSIC qui se déroulaient à Lille. Une excellente expérience, très enrichissante, incontournable même à la fois pour échanger avec d’autres doctorants SIC, pour discuter de ses travaux de thèse avec des animateurs et discutants bienveillants, et pour mieux comprendre dans quelle discipline on s’inscrit.

Les séances plénières et tables rondes ont été captées en vidéo et mises en ligne sur Live 3 la webTV de l’université Lille 3, je les ai incluses dans un petit Storify, en suivant le programme des 2 journées, un très bon souvenir :
[Edit 2018-05-20 : Storify a cessé son activité et coupé les accès, donc il n’y a plus rien à voir…]

Examinons le cas des logiciels bibliographiques

Le 17 novembre 2014, l’URFIST de Lyon consacrera une journée d’étude aux LGRB, c’est à dire aux logiciels de gestion de références bibliographiques.Journée "Regard(s) sur les logiciels bibliographiques, au carrefour des usages et des innovations" 17 novembre 2014

La matinée étant plutôt consacrée aux usages et pratiques de ces logiciels, l’après-midi aux innovations dans le domaine de la référence et de la citation bibliographique.

J’aurai le plaisir de participer à la table ronde prévue le matin, pour échanger sur mon expérience de Mendeley et de Zotero dans le cadre de mes travaux de recherche.

Le programme est riche d’interventions à la fois de chercheurs, formateurs et professionnels de l’information de divers horizons.

Cette journée d’étude s’adresse notamment aux utilisateurs des logiciels bibliographiques, professionnels de l’information et chercheurs.

L’entrée est libre sur inscription, jusqu’au 14 novembre 2014.

L’homo numericus dans un colloque en juin

Le 24 juin 2014 se tiendra à Lyon la nouvelle édition des Rencontres Doctoriales EPIC. De quoi s’agit- il ? EPIC est le nom d’une école doctorale lyonnaise, qui gère 7 doctorats :

  • sciences de l’éducation,
  • sciences de l’information et de la communication,
  • psychologie,
  • histoire, philosophie et épistémologie des sciences, des techniques et des technologies,
  • didactiques des disciplines scientifiques et techniques : mathématiques, sciences de la matière et de la vie,
  • économie de la science,
  • STAPS.

Tous les ans les doctorants membres de l’EPIC sont appelés à communiquer lors d’un colloque organisé par et pour eux.

De cette façon, ils peuvent d’une part faire l’apprentissage de la réponse à un appel à communication, puis de la rédaction d’un article ou de la réalisation d’un poster, et enfin de la communication proprement dite durant un colloque, et d’autre part apprendre à organiser un colloque, rédiger l’argumentaire, sélectionner les propositions, etc.

Le comité d’organisation se renouvelle tous les ans, ce qui permet à chacun de s’essayer à l’une et à l’autre des facettes de ces rencontres.

Un autre point particulièrement intéressant est la publication ensuite de l’article correspondant à cette communication dans la revue éditée par l’EPIC : Inter Pares.

Revue numérique de sciences humaines et sociales pluridisciplinaire, Inter Pares privilégie les axes centraux de l’école doctorale, Education, Psychologie, Information et Communication (EPIC) tout en restant ouverte aux autres sciences sociales qui composent l’école.

L’objet cette année des rencontres doctoriales est donc la place de l’homo numericus dans la société et dans le contexte de l’économie dite numérique, voyez cette belle affiche :

Rencontres Doctoriales EPIC 2014 – Homo Numericus : économie, politique et société

 

Alors la thèse, ça avance ?

Ah… oui…

C’est un classique, rebattu, vu et revu. On m’avait prévenue, je le savais, je m’y attendais, j’étais prête… Croyais-je !
Car : non.
Je me soupçonne d’avoir déjà posé la question à d’autres, maintenant que j’y songe…

Las, que répondre ? Une blague ? Hin, hin… Trop compliqué, si en plus il faut avoir de l’esprit… Et puis : il y a challenge, quand il y a rire ! Il faut prévoir la prochaine répartie enjouée, en avoir toujours une en stock, car le moment est surgissant et (in)attendu.

Prendre un air entendu, genre on se comprend, tu sais bien ce que c’est, toi qui poses la question. Tu te venges, en fait, c’est ça ? Avoue ! Ou tu es curieux de formulations innovantes ?

Répondre un « oui… » optimiste, ajouter un « doucement… » relativiste, en souriant (sourire légèrement fatigué et concerné).

Désespoir de première année : comment je sais si ça avance ? ça se voit à quoi ? bon, admettons que j’avance, ok, mais je vais où ? Si je fais un peu de sur-place, c’est grave ? c’est pas plutôt l’endurance, le rythme, le véhicule, le paysage, les passagers, la voie empruntée, qu’il faudrait interroger ?

Sinon, c’est peut-être juste un « ça va ? » poli et personnalisé…

Pas de quoi s’étouffer, juste répondre « oui et toi, ça va ? », c’est pas mal non plus 😉

Outils d’information

Lancée avec enthousiasme dans mon tout nouveau job (aka « ma thèse ») j’ai entrepris de faire le point sur les outils que j’utilisais dans mon quotidien professionnel, afin de vérifier s’ils étaient bien adaptés à cette nouvelle activité et trouver le cas échéant une nouvelle organisation.

Au final, mis à part le remplacement de Mendeley par Zotero, je n’ai rien modifié de mes processus informationnels. Peut-être par résistance à l’idée de changer d’habitudes, sans doute également par peur de perdre trop de temps dans les tests, récupération d’infos, basculement d’un outil à l’autre, etc.

La plupart de ces outils, d’ailleurs, figurent listés ici, via mes signets Diigo.

Alors, qu’est-ce que j’utilise au quotidien ? Pourquoi ?

Tout part de ma veille. Sur les productions ou événements scientifiques qui pourraient m’intéresser, sur mon objet de recherche et sur le contexte élargi dans lequel il se situe.

La base de cette veille est constituée de mes flux RSS (plusieurs centaines, regroupés thématiquement). Ceux-ci sont désormais gérés via Feedly. Cependant je n’utilise jamais l’interface de Feedly pour prendre connaissance des nouvelles publications dans mes flux. Si je suis sur un terminal mobile, je les lis grâce à Newsify, si je suis sur un ordinateur, j’utilise ReadKit.

Lorsqu’une info issue de mes flux RSS m’intéresse au-delà de sa simple lecture, je la mets de côté, à partir de ces deux outils, de différentes manières : soit (cas le plus fréquent) je la sauvegarde dans Evernote, soit je l’enregistre directement dans Zotero.

J’ai tenté une organisation dans Evernote, mais le seul carnet que j’utilise vraiment est un carnet temporaire dans lequel je stocke tout ce que je mets de côté.

Je retourne ensuite régulièrement dans Evernote pour faire l’inventaire de toutes ces informations amassées. Dans le cas où elles peuvent m’être utiles en tant que références dans mon travail de thèse, alors je retourne sur leur source et je l’enregistre correctement dans Zotero. Lorsqu’il s’agit plutôt d’une source d’information à laquelle je peux avoir besoin de me référer, je l’enregistre en signet dans Diigo.

Autre pivot dans ma gestion d’information : Twitter. Il est à la fois un support de diffusion, un moyen d’échange et une source de découverte. Depuis mes lecteurs de flux RSS ou depuis mes navigateurs web je publie les infos qui me semblent intéressantes à partager. Par ailleurs, à partir de mes listes Twitter, comme la liste recherche par exemple, que je regarde régulièrement, j’obtiens des informations que je n’ai pas vues dans mes flux RSS et qui peuvent me conduire vers de nouvelles sources à ajouter dans ceux-ci. Au cas où, je mémorise tous les liens que je publie soit directement soit en re-publiant un utilisateur Twitter, grâce à Packrati.us, qui offre de bonnes fonctionnalités d’enregistrement de signets.

Et vous, comment organisez-vous la gestion de vos activités informationnelles ?

Genèse…

Début du mois de juin 2013, à Lyon.

Dernière ligne droite dans la rédaction du mémoire de master recherche en SIC, je dois impérativement le rendre le 13 juin si je veux pouvoir présenter ma candidature pour obtenir un contrat doctoral (et à cette date, c’est également l’anniversaire de deux de mes amis, à 5 ans d’intervalle l’un de l’autre).

Yey, j’ai rendu à temps, tout va bien, rester concentrée, la soutenance à préparer, rendez-vous le 18 juin avec mon jury (encore un anniversaire, mais d’un appel, paraît-il ?).

4 jours à préparer, répéter, modifier, tout recommencer, fignoler, répéter, raturer, reprendre à zéro, répéter, encore une dernière fois.

Ouf, soutenance passée, mission accomplie : j’ai la mention qui permet de m’inscrire en thèse et donc de préparer mon dossier de candidature au CDU.

Écriture laborieuse du projet de thèse, en prolongement des travaux du master recherche. Première version : à jeter. Deuxième version : pire. Troisième version : poubelle. Argh… Questions existentielles sur le bien-fondé du projet, encore une autre version, désabusée : enfin, elle trouve grâce aux yeux de mon futur DT ! 6 jours d’écriture, de rature, de courbatures, de déconfiture, et enfin, le 25 juin, le voici, je vole, je cours, je vais le déposer au secrétariat de l’École Doctorale  !

Affres, angoisses, et délivrance 2 jours plus tard : admissible, ouf.

(Seconde) dernière ligne droite, j’ai 6 jours pour me préparer à l’audition. Re- préparation, répétition, fignolage, etc. Enfin arrive le jour où je dois assurer à 500% : 4 juillet (toujours un anniversaire, non ? Décidément…)

J’attends dans le couloir, personne à l’horizon, je n’arrive plus à penser à rien, ni à me concentrer sur rien, j’attends. Une jeune fille sort de la salle, accompagnée par le directeur de l’École Doctorale, qui me dit qu’il revient me chercher. 2 minutes plus tard, je rentre, une dizaine de professeurs d’université installés autour des tables, je m’installe, en face de moi, le directeur. Go ! Les minutes me semblent à la fois des secondes et des heures, je  regarde mes interlocuteurs pendant que je parle, ils prennent des notes, et j’ai déjà terminé. Aussitôt les questions sont lancées, je réponds, j’ai l’impression que ça ne finira jamais, à chaque réponse j’essaie de me rassurer « jusque là, tout va bien… » Pas trop fière de moi sur la dernière, mais c’est fini, je dois quitter la pièce.

Dans le couloir attend un jeune homme. Étrange échange entre deux candidats à un même concours, qui savent qu’il n’y aura que 4 reçus en liste principale. Courtoisie et sourires crispés, l’un s’inquiète des minutes à venir quand l’autre se morfond déjà sur les minutes passées… Mémoire capricieuse qui n’a voulu retenir que des bribes de l’audition et dans le désordre, confusion totale du souvenir.

Vendredi 5 juillet, je tourne comme un lion en cage, je manque d’air, je sors faire un tour au parc de la Tête d’Or, musique hurlant dans les oreilles, pas cadencés à son rythme. En fin d’après-midi, à force d’hypnotiser ma boîte email sans doute, le message s’affiche, objet en gras, cliquer vite, afficher, « j’ai le plaisir de… » buée dans les yeux, je survole le reste et mes épaules descendent subitement de 20 centimètres : le jury a retenu ma candidature !!!

Maintenant, au boulot, et pour 3 ans !