Archives pour la catégorie bibliothèque du siècle dernier

Bibliothèque du siècle dernier… lointaine contrée…

Allez, un petit voyage pour bien commencer la journée :

« LYON, préfecture du département du Rhône et chef-lieu de la 8e région militaire, siège d’un archevêché dont le titulaire porte le titre de « primat des Gaules », d’une cour d’appel et d’une université renommée, cité industrielle considérable, célèbre surtout par ses soieries, est une grande et belle ville de 460.748 hab., la 3e de France après Marseille (636.264 hab.) […]

de l’O. à l’E., et dans l’ordre où la ville s’est développée :

  1. L’ancienne ville romaine et médiévale […]. Le quartier Saint-Jean […] est presque entièrement composé de maisons des XVe, XVIe et XVIIe s. : la colline est peuplée d’hospices et de maisons religieuses aujourd’hui en partie sécularisés.
  2. La ville centrale, qui occupe la presqu’île entre Rhône et Saône : c’est le centre de la vie élégante et du grand commerce […]. L’extrémité S. de la presqu’île est purement industrielle et sans intérêt. Au N. s’élève le quartier de la Croix-Rousse, […] celui où retentit partout le bruit des métiers à tisser. C’est la colline qui travaille, opposée par Michelet à Fourvière, la « colline qui prie ».
  3. Le nouveau Lyon, […] est tracé au cordeau, avec ses avenues et ses rues à angle droit, et offre des quartiers assez tranchés. Au S. le Lyon universitaire ;  à l’E. le Lyon industriel et ouvrier de la Guillotière, […] enfin, au N., avoisinant le parc de la Tête d’Or, le quartier bourgeois des Brotteaux, avec ses maisons cossues et ses hôtels particuliers. »

Les guides bleus : Bourgogne, Morvan, LyonnaisAlors, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Nan, mais OK, à part le nombre d’habitants ?… Hmm… ?

Ces indications sont extraites d’un guide rédigé par Georges Monmarché, édition révisée par Magdeleine Parisot, pour LES GUIDES BLEUS, guide intitulé Bourgogne, Morvan, Lyonnais, publié en 1951 par la Librairie Hachette.

Sur ce, une excellente journée, songeant à visiter cette belle contrée ! 🙂

Bibliothèque du siècle dernier… étoilée…!

Ses tranches sont dorées à l’or fin
Ses pages fatiguées sont légèrement tachées
Une sorte de cachet indique pompeusement « PARIS. HENRI PLON. imprimeur. »
Il s’est décalqué sur la page qui lui fait face
Un texte manuscrit, dédicace en date du 17 août 1943
Au dos un dessin gravé protégé d’une fine feuille
Derrière laquelle se cache une seconde gravure
Et enfin :

Les étoiles du monde - Galerie historique des femmes les plus célèbres de tous les temps et de tous les pays
Les étoiles du monde – Galerie historique des femmes les plus célèbres de tous les temps et de tous les pays

Pfiou… ! Woaw…! (et encore, j’édulcore 😉
Allez, extrait :
« …L’amour y joue un grand rôle, car c’est le levier au moyen duquel la femme soulève les poids trop lourds pour elle… »
Ah ? Euh… Comment dire…
« … Il en est fatalement ainsi puisque les hommes sont appelés à gouverner le monde, ou du moins s’y croient appelés, et que la puissance des femmes ne s’exerçant que par l’amour… »
Ok. Direct.
« … Que la femme soit la compagne de l’homme et son égale, quoiqu’appelée dans la vie à remplir des fonctions différentes, cela n’est plus contesté ;… »
Hum.
« … Chez les femmes surtout, ce spiritualisme hors nature a eu de funestes effets ; elles ont rêvé des amours impossibles et passé trop souvent par les sens pour arriver à l’esprit… »
Voilà !

Sur ce, excellente journée et à bientôt 🙂 

Bibliothèque du siècle dernier… nouvelles perles !

Les romans de la table ronde

Bon… C’est un peu tricher que de dater du siècle dernier, mais nous dirons que bien qu’issu de sources écrites entre les XIIIème et XVème, ce beau bouquin est sorti en 1952, na.

Allez, on commence fort avec celle-ci, qui en ravira plus d’une 😉
« Alors Celui qui devine toutes les pensées les appela. Il parla en premier lieu à Adam, parce que l’homme était plus coupable, sa femme étant de faible complexion et faite de sa côte […] »
– Une autre, une autre !
– Ok… Boum :
« Pourtant cette femme le trompait et le honnissait de son mieux, et jamais il ne put s’en garder : dont il ne faut pas s’émerveiller car, lorsqu’une femme veut employer son coeur et sa tête à ruser, nul homme ne saurait lui résister […] »
– Nan ?
– Eh ! Débat clôt par :
« J’ai fait le tour du monde et j’ai cherché de mon mieux : je n’ai pas trouvé une bonne femme »
Sont pas belles ces perles ? Les 3 sont extraites de Les romans de la table ronde, renouvelés par Jacques Boulenger, 1952.

Sur ce, bonne rentrée !

Bibliothèque du siècle dernier… 3ème perle

ALIMENTATION DES MALADES

Les Régimes

La cuisine moderne : régime pour convalescents - appétit capricieux
La cuisine moderne

[…] Il ne faut pas se laisser guider uniquement par les goûts, les appétits que chacun de nous peut avoir. Certes, il faut faire attention au sentiment de la faim qui indique un besoin de l’organisme, mais, aussi, on doit comprendre que l’habitude nous crée des excitations factices, des besoins artificiels.
[…] La cuisinière ne saurait se substituer au médecin et ce serait trop lui demander que d’exiger d’elle la connaissance de la valeur et de la composition chimique des aliments qu’elle prépare.
Cependant, il est indispensable qu’elle connaisse certaines préparations correspondant à la nécessité de donner aux malades des aliments savoureux, de bonne qualité, préparés avec soin, avec les condiments permis et même indispensables parfois, afin d’offrir des plats agréables à l’odorat et au goût.

Extrait de La cuisine moderne (sans date), Aristide Quillet éd.

Alors, qui est partant pour le régime appétit capricieux ?

Bibliothèque du siècle dernier… 2ème perle

La « méthode naturelle » d’éducation physique

« La « méthode naturelle » du lieutenant de vaisseau G. Hébert n’est point un produit de l’imagination, mais le fruit d’observations longues et concordantes faites sur l’homme même […] Pour appliquer la méthode naturelle, nul besoin de stades grandioses et bien aménagés […] il suffit – mais c’est indispensable – que ce soit en plein air, en pleine lumière. Le costume ? Le plus sommaire possible pour que le corps soit absolument libre et que l’air et le soleil fassent leur office de grands guérisseurs. Il faut se dévêtir jusqu’où la décence le permet. »


Extrait du Larousse ménager illustré, 1925 – 1926.

Bonne journée et bons sauts utilitaires !

Bibliothèque du siècle dernier… 1ère perle

Nouvelle rubrique ? Qui sait…

Le Savoir-Vivre et les Usages du Monde par Berthe Bernage, 1928
Le Savoir-Vivre et les Usages du Monde

 Le voyage dans le train

« Un homme doit-il se découvrir quand il entre dans un wagon ? Ce geste est impossible s’il porte des valises, mais il peut s’excuser, toucher son chapeau en passant une seconde fois devant ses compagnons de route. […]

Tenue du voyageur.
Pour les dames, costume tailleur, manteau de tissu anglais. Petit feutre. Gants tannés. A présent les dames les plus distinguées peuvent ôter leur chapeau dans le train.
Les messieurs auront un complet ordinaire, la casquette ou le feutre souple, un pare-poussière en alpaga, en toile ou en tussor pour l’été. »

Extrait de Le Savoir-Vivre et les Usages du Monde par Berthe Bernage, 1928.

Bonne journée !